Ces centres qui accueillent les migrants

Depuis le début du démantèlement de la jungle de Calais ce lundi 24 octobre, plus de 6000 personnes ont été évacués vers des centres d’accueil dans différentes régions française.

La mesure avait été énoncée dès septembre 2016 par le ministre Bernard Cazeneuve. Les migrants évacués de la jungle de Calais, campement de fortune d’une surface de 4km2 qui accueillait environ 9000 il y a encore quelques mois, sont d’abord enregistrés auprès de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (l’OFII) puis envoyés dans les différents centres d’accueil et d’orientation du pays. Ces centres ont pour but principal d’accueillir les migrants en attendant qu’ils puissent obtenir un titre de séjour sur le territoire français grâce au statut de réfugié.

Les mineurs présents sans leur famille et sans tuteur (appelés mineurs isolés) ont quant à eux été envoyés dans des centres provisoires à proximité de Calais. Leur sort est toujours incertain car le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies a demandé à la France d’assurer la sécurité et la santé de ces jeunes tandis que le gouvernement français considère que c’est au Royaume-Uni, où la plupart des mineurs souhaitent se rendre, de les accueillir. De plus, de nombreux migrants (entre 2000 et 3000 d’entre eux) ont quittés la jungle pour des bidonvilles autour de Paris où ils vivent dans des campements de fortune.

La répartition des migrants dans les différents centres d’accueil et d’orientation s’est faites de manière plus ou moins aléatoire. Une carte de la France leur a été montré et les migrants ont dû choisir, souvent au hasard en raison de leur faible connaissance de la géographie administrative française, où ils souhaitaient se rendre. Bien que certains centres d’accueil se trouvent dans des grandes villes (Marseille ou Toulouse par exemple), la plupart se situent dans des petites communes rurales françaises.

Pourtant, pour la majorité des cas, cela ne fait que déplacer le problème. Les migrants qui n’ont pas été accueillis dans les centres d’accueil et d’orientation recréeront d’autres « jungles » autre part, et cela a d’ailleurs déjà commencé, et il est peu probable que ceux accueillis dans les centres s’intègrent facilement dans le monde du travail.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s