Vague de protestations au Maroc après le décès d’un vendeur de poissons

Vendredi dernier, une vidéo montrant la mort atroce d’un vendeur de poisson à la suite d’une opération de police a été diffusée sur le net. Depuis, une partie de la population marocaine est descendue manifester pour dénoncer les abus de pouvoir et les injustices croissantes tandis que le gouvernement s’active pour essayer de calmer les esprits.

Tout a débuté le 28 octobre lorsqu’un groupe de policiers a confisqué et détruit plusieurs caisses d’espadons appartenant à Mouhcine Fikri,un vendeur de poisson de la région du Rif (dans le nord du pays), avec le motif que la pêche de cette espèce est interdite. En cherchant à sauver sa marchandise, le vendeur serait tomber dans la benne à ordure où sa marchandise avait été jetée et il aurait été alors broyé, comme le montre la vidéo mise en ligne par un témoin sur les réseaux sociaux. Les funérailles de Fikri, auxquelles plusieurs milliers de personnes ont participé, ont eu lieu dimanche et une partie de la population le voit comme un martyr.

Cet évènement a provoqué une vague d’indignations et de protestations qui s’est traduite par plusieurs manifestations notamment dans les soirées de dimanche et lundi 30 et 31 octobre. Les manifestants protestaient contre les abus de pouvoir et les injustices toujours plus fréquentes (qui sont appelées la hogra, c’est-à-dire le mépris du pouvoir pour la population). C’est ainsi que plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue aussi bien à Al Hoceïma, ville côtière où a eu lieu le drame, qu’à Marrakech, Casablanca et Rabat. La région du drame est d’ailleurs historiquement connue pour avoir été le lieu de départ de plusieurs insurrections ayant marqué l’histoire du Maroc.

Dans un contexte politique déjà tendu où la royauté ainsi que le gouvernement actuel sont régulièrement remis en cause comme lors des mouvements du Printemps arabes, le roi Mohamed VI, alors en visite officielle en dehors de son pays, a tout de suite cherché à calmer les esprits. Il a ainsi envoyé son ministre de l’Intérieur présenter ses condoléances chez la famille de Mouhcine Fikri. De plus, il a fait savoir lundi dans la soirée que des sanctions seront prises contre les responsables dès que les circonstances exactes de l’incident auront été éclaircies.

Ce matin, le ministère de la justice marocain à ainsi annoncé que 11 personnes ont été arrêtés et traînées devant un tribunal pour homicide involontaire sur la personne de Mouhcine Fikri. L’enquête menée par les représentants du gouvernement a en effet montrée que le conducteur de la benne à ordure avait reçu l’ordre de mettre en marche son camion, alors que le vendeur de poisson se trouvait encore à l’intérieur pour récupérer ses espadons confisqués.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s